Claude Bernardon

Gens de New York 

SEPTEMBRE 2015
Premier voyage à New York, déambulation dans cette ville immense, le nez en l’air et l’œil dans le viseur.
Des New Yorkais et des touristes, dans la rue, dans le métro, au musée, à Harlem et à Brooklyn.

Je travaille intuitivement; l’essentiel pour moi est d’être ému, de ressentir quelque chose. Je n’ai jamais d’idée préconçues. Je ne suis pas à la recherche de certitudes : voila mon idée de la photographie. Découvrir ce qui est neuf et qui a du sens. Cela peut enrichir l’humanité, notre connaissance, notre interprétation du monde, nos sentiments à son égard.
Louis Stettner.

Une bonne photo doit contenir un mystère.
Surtout ne pas montrer la réalité, tout en montrant des choses réelles.
Montrer ce que tout le monde voit et que personne n’a jamais vu.
J’attache beaucoup d’importance au cadrage, à la composition.
Et comme le dit Brigitte Fontaine « le noir c’est mieux choisi ».

Maison des associations, Maubourguet

 www.cbernardon.com